L’Art et Vincent Moreau

Né à Luçon, en Vendée.
École supérieure de peinture décorative, Van Der Kelen à Bruxelles en 1986, Médaille d’argent.
Il s’intéresse depuis ses plus jeunes années à la peinture, qu’elle soit figurative, classique ou contemporaine et depuis peu à la photographie expérimentale.
Il a réalisé des décors pour la scénographie, aime reproduire des œuvres de grands maîtres, cherchant ça et là son propre style.

Depuis une quinzaine d’années, il a centré son activité sur la peinture.
A la suite d’un ensemble de dessins et de peintures, il utilise la technique, mixte, faisait appel aux lavis acryliques, au graphite, à l’oxyde de fer, à la peinture à l’huile et différentes empreintes furent réalisées à partir de tamis, de grillages, de tissus, papier…

Début 2004, est l’occasion d’un retour à la peintures de très grand format (3m x 2m), dont le thème en est la reproduction de Géricault « Le radeau de la méduse ».

En 2015 « titre d’artisan d’art » et en 2017 « titre de Maître Artisan » attribués par la chambre des métiers.

En 2005, le thème a évolué vers une expression recherchant moins la « cohérence », mais plus l’inconscient. La technique aussi a changé, avec des traces de gros fusain, sur des surfaces rendues abrasives par collage de poudre de marbre. Des formes que l’on dirait humaines réapparaissent, noires et primitives, perdues dans des espaces picturaux minéraux sera le sujet du travail, sur toile, sur papier et avec de la photo.

En 2007, réflexion consacrée à une synthèse de pratiques multiples, à une exploration des superpositions, à une affirmation des contradictions, vers une concentration du propos et de l’image.

Actuellement, cette réflexion prend la forme d’un inventaire des découvertes plastiques réalisées pendant ces dernières années. C’est ainsi qu’on été explorées, différentes notions : cadre et bordure de la toile, transparence et recouvrement, proche et lointain, clarté et disparition, fixité et mobilité, collage et superposition.

C’est une réflexion sur l’énergie et sur l’espace.